09/99

histoires du passage

ça ne se passe jamais…

| 5 Commentaires

bon, je n’ai jamais aimé le protocole
c’est peut-être pour ça que je promène le « pinocchio »
le principe c’est de décider d’avance
… ce qui va se passer et s’y tenir
hein !
comme si le danger était dans l’inattendu
l’improvisationje devais croiser émile, chez florentin
pour lui décrocher le « 842 »
comme j’avais décider de l’accrocher
et de coller sa trace
… il est resté chez florentin et la trace est déjà envoléeémile repassera chercher le « 842 », un de ces jours
à moins que ceux qui entrent régulièrement chez* florentin
s’occupe de lui…une petite liste des éventuelles passantes
julie yülle
mme zigouigoui
et anaïs jouin

évidement rien ne les oblige…
comme florentin peut laisser le « 842 » dans sa boîte accrochée
attendant qu’émile repasse

j’oubliais de vous indiquez le rendu de « jacquot »
vidéo de l’accrochage et du collage de mercredi passage josset…

 


quelle belle journée !
jf le scour, 2013

*le « chez florentin » est un lieu très occupé
les malfaitrices y ont leur atelier, boutique
et une chambre y est partagée
… optimisation, mutualisation de l’espace, c’est selon !

 

 

5 Commentaires

  1. Je trouve ces tours de passe passe extraordinaires. On ne pouvait imaginer mieux pour le 842!
    La réalité est plus savoureuse que la programmation. Je suis une fervente erreur vivante. Resultatquelques de causes et effets laissés dans l’ignorance. Je vais toujours a la rencontre du hasard quand je peux sortir de ma réserve et prendre le temps de mon côté.
    Ce qui n’est pas toujours faisable.
    La par exemple… La contingence..
    Veut que je ne m’en aille pas faire un tour du côté de Josset……mais….
    Cette expérience est absolument geniale. On ne pouvait pas mieux tomber.
    En chute et compagnie.
    842 a de beaux jours a vivre.

    Bravo a JFL l’activateur
    A Antoine l’initiateur
    Et bienvenue aux nouveaux acteurs et commentateurs du passage et aux passants qui se trouvent la

    Par hasard!

    Je m’éclipse quelques temps mais reviendrai vite
    E

  2. ce que je n’ai jamais su faire
    … c’est attendre !
    attendre que ça se passe
    laisser faire
    dans le calme et la sérénité
    promis, je ne bouge pas !

  3. La tente.
    La nomade.
    La petite voyageuse « 842 » relookée par les bons soins de JFL, fait une escale.
    Après les équilibres bancales entre les pinces du faire.
    Je l’imagine attentive, scrutant solitaire le mur d’en face et tous les objets dans sa ligne de MIRE.
    Qu’est-ce qu’elle nous prépare?
    Même quand il ne semble rien se passer, il se passe toujours quelque chose…

    Ca me rappelle quelques faux bois accrochés par l’histoire…

    On veille. On sur-veille. On est là. On sait merveille de cette absurdité.
    Silencieusement.
    On réfléchit dans son coin. Chacun. De loin.
    Comme elle.
    Qui attend son nouveau preneur et sa nouvelle escale en Belgique.
    Ben alors où est le HIC ?
    E

  4. J’admire ce qui se passe, là, en ce moment, tout est déjà, là, dans le passage,
    le lieu d’un [_____] « cette hésitation prolongée entre le son et le sens » dixit Paul Valéry, in Œuvres II (1941), éd. Gallimard, coll. Bibliothèque de la Pléiade, 1960, chap. Rhumbs, p. 636.

Laisser un commentaire

Champs Requis *.


*